Le carnet d’artiste

Economie 2018 – Bonheur national brut

Economie 2018 - Bonheur national brut

Pouvoir d’achat/ Gilets Jaunes/ Impôt à la source/ Carburants/ Collapsologie / L’Illibéralisme/ Capitalisme inclusif/ Entreprises contributives/ Uberkillers/ Bonheur national brut 

Au cœur du débat… Le pouvoir d’achat

Autour de cette tirelire fracturée, « le pouvoir d’achat », « le ras le bol fiscal » « le prix des carburants » et les « gilets jaunes ». La colère se dévoile avec les « pensions de réversion » sur la sellette. « La réforme des retraites » inquiète tout comme « l’impôt à la source » ou la « taxe d’habitation ».

« Le plan pauvreté » et ses 8 milliards d’euros annoncés par le chef de l’Etat en septembre 2018 n’ont pas rassuré. « Le président des pauvres ? » s’interroge la presse. 

Autour de la tirelire fracturée… De nouveaux axes 

Dans cette économie en mouvement, on trouve « Thomas Buberl » le patron d’Axa surnommé « le désaxeur d’Axa ». « Benjamin Smith » est lui aux commandes d’Air France depuis septembre, après le « passage à vide » avec la démission du PDG Jean-Marc Janaillac et la grève.

Une grève – de 36 jours – frappera aussi « SNCF » ! Le « statut des cheminots » et « la bataille du rail » alimenteront ce mouvement. Pourtant, la loi sur la réforme sera promulguée. Le monde des transports change donc : de la « livraison des repas à domicile » à « Robot le taxi », c’est « une révolution des mobilités ».

Autour de la tirelire fracturée… Les visions du monde s’affrontent

Si « la collapsologie », qui étudie l’effondrement de notre civilisation industrielle, se développe, l’envie de recréer un monde meilleur se fait jour. « Le capitalisme inclusif » veut gommer les inégalités. Et, les « Uberkillers » élaborent des plateformes qui se veulent être des alternatives vertueuses à « Deliveroo » ou « Uber ». On constate aussi l’essor des « entreprises contributives » qui désirent agir pour le bien commun. Et, à remarquer : « La sécu va mieux ».

« L’illibéralisme » lui fait polémique. Défendu par la Hongrie et la Pologne, il vise à préférer la souveraineté et l’économie nationale au détriment de la démocratie libérale et de l’Union Européenne. 

Quels mots raconteront l’avenir ? Ceux de la « finance digitale » ou de « La PMI oubliée » et de la « désindustrialisation » ? Finalement, on rêve tous de ce « Bonheur national brut », indicateur inventé il y a un demi-siècle au Bhoutan qui commence à inspirer l’ONU et l’OCDE.

Did you like this? Share it!

Un commentaire pour “Economie 2018 – Bonheur national brut

Laissez un commentaire